Mois national du chien d'assistance: Rencontrez le propriétaire et dresseur de chiens d'assistance, Gayle Silberhorn

montage photo des chiens australiens de Gayle.

(Crédit photo: Gayle Silberhorn)

Septembre est Mois national du chien d’assistance, et en l’honneur de cela, DogTime souhaite accroître la sensibilisation et partager son appréciation pour les chiens d’assistance.

Les chiens d’assistance sont différents des animaux de compagnie, des animaux de thérapie et même des animaux de soutien émotionnel. Ils sont formés pour fournir des services spécifiques aux personnes handicapées ou souffrant de problèmes de santé, et ils accompagnent leurs humains dans leurs activités quotidiennes.

J’ai eu le plaisir d’interviewer Gayle Silberhorn, qui est à la fois propriétaire et dresseuse de chiens d’assistance. Elle a commencé avec Sera, un Berger australien chien d’assistance. La fille de Sera, Bryn, est un chien de thérapie, et la petite-fille de Sera, Saga, est en chien d’assistance entraînement.

Voici ce que Gayle avait à dire!

À quoi ressemble la vie avec les chiens d’assistance?

La fille de Sera, Bryn (photo de Gayle Silberhorn)

La fille de Sera, Bryn (Crédit photo: Gayle Silberhorn)

AMANDA: Je pense que beaucoup de gens sont vraiment curieux de connaître les chiens d’assistance, et ils adoreront entendre quelqu’un qui a eu plusieurs aspects d’expérience avec eux. Pourriez-vous nous parler un peu de votre vie quotidienne et comment vos conditions vous affectent?

GAYLE: J’ai reçu un diagnostic de fibromyalgie et de syndrome de fatigue chronique il y a environ 25 ans. Je crois personnellement que mon problème est davantage la douleur chronique qui cause la fatigue, et j’ai aussi de graves migraines.

J’essaie de garder un horaire pour emmener mes chiens courir et jouer le matin et m’entraîner plus tard dans la journée. Un emploi du temps m’aide à me concentrer sur ma vie.

Actuellement, deux de mes Australiens sont des chiens de thérapie. L’un d’eux est Bryn, qui est la fille de feu Sera, et nous faisons du bénévolat avec des soins palliatifs et travaillons avec des enfants ayant des besoins spéciaux. Depuis le verrouillage, nous avons maintenu nos visites pratiquement un ou deux jours par semaine.

Je forme également la petite-fille de Sera, Saga, en tant que chien d’assistance.

Sera commence tout

Sera

Sera (Crédit photo: Gayle Silberhorn)

AMANDA: Pourriez-vous nous dire pourquoi vous avez décidé de vous procurer un chien d’assistance?

GAYLE: J’étais totalement inapte après m’être cassé la cheville et avoir été opéré quand Sera avait deux ans. Nous nous étions entraînés à l’obéissance et à l’agilité depuis qu’elle était chiot. Elle adorait récupérer et je n’avais aucune idée de comment je pourrais faire face à un jeune chien très occupé et je ne pouvais pas marcher.

Sera était plus qu’heureuse de m’apporter tout ce dont j’avais besoin. Elle a récupéré le téléphone, la télécommande, les pièces de monnaie, etc., sans formation formelle de chien d’assistance. Elle était tellement en phase avec moi qu’elle savait exactement ce dont j’avais besoin.

AMANDA: Je suis contente que Sera puisse vous aider. Elle a l’air très intelligente. Qu’est-ce qu’elle a fait d’autre pour vous aider? Était-ce assez typique des chiens d’assistance?

GAYLE: Sera était très concentrée sur son travail, mais surtout son travail était à la maison.

Ce qui est intéressant, c’est qu’elle était aussi une chienne de thérapie. Certaines organisations de chiens de thérapie ne certifieront pas les chiens d’assistance comme chiens de thérapie, mais Sera connaissait la différence.

Elle pouvait passer facilement d’un travail à l’autre et savait quand elle était autorisée à se faire caresser, mais elle était toujours à mon écoute aussi.

De cette façon, je ne crois pas qu’elle était un chien d’assistance «normal».

AMANDA: Quel chien intelligent et empathique! Pouvez-vous nous en dire plus sur Sera? Quelle était sa personnalité? Était-elle plus «professionnelle» ou plutôt un membre aimant de la famille – ou les deux?

GAYLE: Sera était aimante, concentrée, protectrice et donc si intelligente. Tellement facile à former. Elle comprendrait les tâches presque immédiatement. Elle était un membre bien-aimé de la famille, mais une travailleuse sérieuse.

Du chiot au chien d’assistance formé

Petite-fille de Sera, Saga - chien d'assistance en formation

Petite-fille de Sera, Saga – chien d’assistance en formation (Crédit photo: Gayle Silberhorn)

AMANDA: Je pense que c’est tellement unique de faire partie de tout le parcours d’un chien d’assistance comme vous l’avez fait – en commençant par l’élevage, puis en la dressant, puis en la laissant travailler pour vous. Comment était-ce de faire partie de tout ce processus? Le recommanderiez-vous? Le feriez-vous à nouveau?

GAYLE: Je savais que Sera était très spéciale depuis le début. Elle était un chiot très concentré, établissant un contact visuel et voulant une interaction humaine dès le moment où ses yeux se sont ouverts.

Je n’avais pas vraiment pensé à garder l’un des chiots, mais mon père est décédé quelques mois plus tôt et j’avais besoin d’elle dans ma vie pour être mon chien de thérapie. C’était juste après le 11 septembre.

Les gens venaient chercher des chiots, mais elle restait dans la boîte à chiots, déterminée à rester avec moi. Donc, notre lien était très fort dès le début.

Elle était si perspicace et sensible. Je ne pense pas qu’il aurait jamais pu y avoir un chien plus en phase avec moi.

Je forme maintenant sa petite-fille comme chien d’assistance, et elle ressemble beaucoup à Sera – très concentrée sur son travail et me donnant ce contact visuel constant et voulant juste faire plaisir.

AMANDA: C’est si gentil. Quel grand lien vous avez tous les deux! Avez-vous des projets futurs pour former plus de chiens d’assistance?

GAYLE: Sera est partie depuis quatre ans et je forme sa petite-fille, Saga, en tant que chien d’assistance. Elle est très concentrée comme Sera et adore travailler.

AMANDA: C’est un bel héritage!

Qu’en est-il des Australiens?

Sera à gauche et Molly, l'autre fille de Sera, à droite

Sera à gauche et Molly, l’autre fille de Sera, à droite (Crédit photo: Gayle Silberhorn)

AMANDA: Pensez-vous que les bergers australiens sont des chiens d’assistance particulièrement bons? Pourquoi ou pourquoi pas?

GAYLE: Je connais plusieurs chiens d’assistance australiens qui travaillent pour des partenaires à mobilité réduite. Les Australiens doivent être axés sur le travail et être à la hauteur de la tâche qui leur est confiée. Ils devraient être élevés pour l’intelligence et le désir de travailler avec les humains.

Ils ont tendance à être un chien une personne ou une famille et sont extrêmement fidèles et protecteurs. Donc, je suppose que c’est une question de pratiques d’élevage. Nombreux sont ceux qui se reproduisent pour leur apparence et ont laissé derrière eux toutes ces caractéristiques qui devraient constituer un chien de travail.

AMANDA: Que souhaitez-vous que les gens sachent sur les bergers australiens?

GAYLE: Les Australiens sont de beaux chiens intelligents qui ont besoin d’un travail. J’aimerais pouvoir convaincre tout le monde qu’ils n’appartiennent pas à tous les foyers. Si on ne leur donne pas un exutoire pour leur énergie et leur intelligence, ils peuvent être très difficiles à gérer.

Ils doivent être formés avec un renforcement positif car ils sont très sensibles.

Les Australiens fermeront leurs portes avec des techniques d’entraînement sévères.

Que savoir si vous souhaitez obtenir ou former un chien d’assistance

Sera

Sera (Crédit photo: Gayle Silberhorn)

AMANDA: Avez-vous des conseils à donner à quiconque envisage de se procurer un chien d’assistance?

GAYLE: Assurez-vous que l’éleveur élève réellement des chiens qui fonctionnent.

Une amie a obtenu son SD actuel d’un groupe de sauvetage australien, alors ne négligez pas cette route.

Plusieurs fois, les chiens sont à la rescousse parce qu’ils ont besoin d’un travail et n’en ont pas reçu, ce qui peut entraîner des problèmes. Par tous les moyens, trouvez un bon entraîneur de renforcement positif qui peut vous aider à former votre chien d’assistance.

AMANDA: Avez-vous des conseils à donner à quiconque voudrait se lancer dans la formation de chiens d’assistance pour lui-même ou pour d’autres?

GAYLE: Mon conseil est de trouver un mentor pour vous aider à vous entraîner. J’ai eu la chance d’avoir des formateurs qui m’ont aidé à atteindre mes objectifs.

AMANDA: Que souhaitez-vous que les gens sachent sur les chiens d’assistance?

GAYLE: Les chiens d’assistance sont de vrais chiens qui ont des vies où ils jouent et s’amusent, en plus de travailler.

AMANDA: Merci beaucoup pour votre temps et pour partager votre histoire, Gayle. Je pense que les gens apprendront beaucoup des excellentes informations que vous avez partagées.

Avez-vous eu des expériences avec des chiens d’assistance comme Gayle? Voulez-vous nous aider à célébrer ces chiens lors du Mois national des chiens d’assistance? Faites-nous savoir dans les commentaires ci-dessous!

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *