Top 10 des races de chiens populaires qui n'existent plus

Les chiens existent depuis aussi longtemps que les humains ont pu apprivoiser et travailler avec les loups, ce qui en fait l’une des espèces les plus anciennes à être domestiquées.

Bien sûr, ils n’ont pas été exactement domestiqués, car ils sont le résultat d’un élevage sélectif de loups, et il y a eu des tonnes de races au cours des 14 000 à 29 000 dernières années.

Malheureusement, certaines races de chiens sont venues et ont disparu, et leurs semblables n’ont jamais été reproduites avec succès. Les dix races de chiens de cette liste étaient autrefois populaires pour diverses raisons, mais ont depuis disparu.

10 personnes tuées par leurs chiens

dix Talbot


Le Talbot était un chien de chasse autrefois populaire que l’on trouvait dans toute l’Angleterre au Moyen Âge. On pense que Guillaume le Conquérant a amené la race en Angleterre en 1066, bien que cela n’ait jamais été confirmé. Les comtes de Shrewsbury, dont le nom de famille est Talbot, présentent le chien sur leur crête. Fait intéressant, le Talbot et le Greyhound sont les seuls chiens utilisés dans l’héraldique anglaise.

Les Talbots étaient des chiens blancs de taille petite à moyenne avec des pattes courtes, de longues oreilles tombantes et une longue queue enroulée. Les archives indiquent qu’il était prisé pour son odorat, bien qu’on ne sache pas à quoi il était principalement utilisé pour chasser (cerf, sanglier, renard, lapin, etc.).

Il existe des preuves que le Talbot existait dès le 15ème siècle avant de devenir plus populaire dans toute l’Angleterre au 17ème siècle. Il a été favorisé par les chasseurs pour ses capacités de suivi précises.

Finalement, le Talbot a commencé à disparaître vers la fin du 18ème siècle. À cette époque, le Northern Hound et le Southern Hound l’ont supplanté. Le Talbot a probablement été élevé hors de l’existence avec des éleveurs favorisant certains aspects de la race par rapport à d’autres. Il a finalement donné naissance au Beagle, au Bloodhound et au Coonhound.

9 Chien d’eau de Saint-Jean

Le chien d’eau de St. John’s était une race trouvée à Terre-Neuve, qui a probablement vu le jour à la fin du XVIe siècle. C’étaient des chiens travailleurs avec un bon tempérament et appréciés des pêcheurs pour leurs qualités. Ils étaient d’excellents nageurs et récupérateurs, ce qui les rendait particulièrement utiles dans les communautés de pêcheurs.

Leur constitution génétique précise est inconnue, mais on pense qu’ils étaient un mélange naturel de différents chiens de travail trouvés et amenés dans la province du Labrador. Les chiens d’eau de St. John’s étaient très prisés tout au long du XVIe et au début du XVIIe siècle. Ils ont été exportés en Angleterre, mais ils se sont éteints en raison de deux facteurs principaux.

Le Canada a commencé à restreindre l’élevage de chiens pour encourager l’élevage de moutons, réduisant ainsi leur nombre. À peu près à la même époque, une mesure destinée à prévenir une épidémie de rage en Angleterre a forcé leur quarantaine et a mis fin à leur importation dans le pays. Cela a entraîné beaucoup moins de reproduction tout au long du 19ème siècle.

Au milieu du 20e siècle, le chien d’eau de St. John’s était rarement élevé et leur nombre a considérablement diminué. Dans les années 1980, la race était éteinte. Pourtant, il a laissé sa marque, car il était l’un des principaux ancêtres de tous les Retrievers modernes, y compris le Labrador et le Golden Retriever.

8 Grand Fauve de Bretagne


Le Grand Fauve de Bretagne était une race de lévrier utilisé pour chasser le loup et le sanglier dans toute la Bretagne. C’étaient des chiens assez gros avec un pelage court et dense, et ils étaient de couleur brun doré pâle. Ils avaient un tempérament considérablement difficile, ce qui les rendait parfaitement adaptés à la chasse au gibier dangereux.

Leur tempérament pouvait être erratique et ils étaient difficiles à contrôler. Les Grands Fauves de Bretagne étaient connus pour tuer des chèvres et des moutons tout en traquant d’autres gibiers, ce qui était problématique. Les Grands Fauves de Bretagne existaient dès les années 1520 alors qu’ils étaient prisés pour leurs excellentes aptitudes à la chasse.

Ils ont continué à chasser aux côtés de leurs compagnons humains jusqu’au XIXe siècle, mais ils ont finalement disparu pour une raison intéressante. Lorsque les loups ont disparu de la grande majorité de la France, la race n’était plus souhaitable.

Comme il n’y avait pas de loups à chasser, les éleveurs ont arrêté d’élever le Grand Fauve de Bretagne. Au début du 20e siècle, la race était considérée comme éteinte. Avant cela, il a été croisé avec le Briquet Griffon Vendéens pour créer le Griffon Fauve de Bretagne, une race qui reste populaire en France.

7 Traqueur russe

Pendant des siècles, le Russian Tracker a été utilisé pour garder les troupeaux de moutons dans les montagnes du Caucase. Ces gros chiens étaient rapides et bien adaptés pour chasser les loups pour protéger leurs charges. Ils étaient également considérés comme très intelligents et capables de garder un troupeau en vie sans aucune intervention humaine pendant de longues périodes.

Le tracker russe pesait environ 100 livres. (45 kg) et arborait un manteau épais qui le protégeait du froid rigoureux de sa patrie. Le pelage était également utile pour protéger les chiens des prédateurs, ce qui était utile chaque fois que les loups s’égaraient trop près de leurs troupeaux.

Malgré leur utilité et leur popularité dans la région, les traqueurs russes ont disparu vers la fin du XIXe siècle. Ils ont été éliminés au fur et à mesure que d’autres chiens étaient introduits dans la région, et la conservation de la race n’était pas une priorité pour les personnes qui les utilisaient.

Au lieu de la conservation, le Russian Tracker a été élevé avec des limiers et d’autres races pour créer quelque chose de nouveau et capable de les remplacer. Finalement, ils ont tous disparu, mais on pense qu’ils pourraient être les ancêtres du Golden Retriever, ainsi que de plusieurs autres races.

6 Paul Terrier bleu

Le Blue Paul Terrier était une race écossaise avec une histoire violente. Les chiens ont été élevés principalement pour le combat, bien que leur origine exacte reste un mystère. Ce que l’on sait, c’est qu’ils ont été introduits à la fin du XVIIIe siècle et sont probablement le résultat du croisement d’un Irish Blue Terrier avec un White Bull et un Terrier, également éteints.

Le Blue Paul Terrier avait une couleur bleu foncé et un pelage lisse, ce qui rend son apparence similaire à celle de certains lévriers. Ils avaient une grosse tête avec un front plat avec de petites oreilles qui étaient généralement coupées.

La race était incroyablement populaire en Écosse pendant une grande partie du XIXe siècle. Ils étaient appréciés pour leur force et leur courage, ce qui en faisait des candidats parfaits pour les combats de chiens. Ils étaient considérés comme rusés et très capables de vaincre leurs adversaires.

Le Blue Paul Terrier était agressif lors des combats. Cela a finalement conduit à sa chute, car il n’était pas un compagnon de maison sain. La race s’est éteinte au début du 20e siècle, principalement en raison de la criminalisation des combats de chiens en Écosse. Les chiens restants ont probablement été croisés.

5 Rastréador Brasileiro


Le Rastreador Brasileiro était une grande race brésilienne reconnue pour la première fois en 1967, ce qui en fait l’une des races les plus récentes à disparaître. Leur couleur variait du bleuâtre au noir, avec de nombreuses variations de taches ou de mouchetures sur leur pelage court et lisse. En apparence, ils ressemblaient au Coonhound américain.

Ils ont été développés pour la première fois dans les années 1950 pour aider à chasser les pécaris, qui sont des cochons sauvages de taille moyenne trouvés en Amérique centrale et du Sud. Ils ont été élevés à partir de races américaines et européennes pour créer le résultat souhaité. Pourtant, le Rastreador Brasileiro n’a pas été long pour ce monde.

Peu de temps après son introduction, le Rastreador Brasileiro s’est éteint à la suite d’un double coup dur. Une épidémie couplée à une surdose d’insecticide a complètement détruit l’ensemble du cheptel reproducteur. En 1973, la race a été radiée, car elle était considérée comme éteinte.

Heureusement, des efforts sont en cours pour recréer la race. Cela se fait en identifiant les chiens de race mixte et en les croisant pour essayer de ramener la première race brésilienne à être reconnue dans le monde. Bien qu’il n’ait pas été entièrement réintroduit, le Kennel Club brésilien l’a officiellement reconnu à nouveau en 2019.

4 Chien tournebroche


Alors que de nombreux chiens étaient élevés au Moyen Âge à des fins spécifiques, ils étaient le plus souvent utilisés pour la chasse. Le Turnspit Dog est tout autre chose, car il a été élevé dans un et un seul but : aider dans la cuisine ! Ces chiens ont été décrits pour la première fois au XVIe siècle et ont été appelés chiens de cuisine et chiens de cuisine.

Leur but spécifique dans la cuisine était de courir sur une roue. Cela ferait tourner une broche (d’où le nom) et cuire la viande. Il n’était pas rare qu’une cuisine emploie deux Turnspit Dogs, qui travaillaient par équipes. La race était bien adaptée à son rôle, et ils sont restés à l’emploi des cottages anglais pendant des siècles.

Malheureusement, le Turnspit Dog est devenu la victime de l’automatisation ou de l’équivalent de la cuisine du XIXe siècle. L’invention du spinning jenny, un métier à filer multibroches, a rendu les chiens obsolètes. Bien sûr, cela a pris du temps, mais finalement, ils n’étaient plus nécessaires dans les cuisines anglaises.

Leur présence a fini par « devenir un stigmate de la pauvreté », et ils n’étaient pas souhaitables. Sans leur besoin spécifique d’élevage, les Turnspit Dogs ont disparu au tournant du 20e siècle. Fait intéressant, il n’existe qu’un seul chien tourniquet taxidermié connu nommé Whisky au musée d’Abergavenny au Pays de Galles.

3 Chien polaire argentin


Le chien polaire argentin n’est pas une race que beaucoup connaissaient à l’époque. Cependant, il était néanmoins populaire et essentiel pour un groupe restreint de personnes. Les chiens ont été élevés par l’armée argentine dans les années 1950 comme chiens de traîneau pour ses bases en Antarctique.

Ces chiens de travail étaient des chiens puissants et habiles issus du croisement du Husky de Sibérie, du chien du Groenland, du Malamute d’Alaska et d’un Spitz de Mandchourie. Ils étaient assez gros, atteignant environ 132 livres. (60 kg) pour les mâles. Leur triple pelage les rendait considérablement bien adaptés aux températures polaires.

Il a fallu 11 chiens polaires argentins pour tirer un traîneau pesant 1,1 tonne, et ils pouvaient le déplacer rapidement. Sur terrain plat, ils pouvaient se déplacer à 22 mph (35 km/h), ce qui les rendait parfaits pour les besoins de l’armée argentine. Malheureusement, ils ont disparu en 1994.

Conformément au Protocole sur la protection de l’environnement du Traité sur l’Antarctique, chaque chien polaire argentin a été retiré du continent. Cela a été fait en raison de la menace qu’ils étaient censés représenter pour la faune indigène. Après leur retrait, ils se sont éteints, car ils ont perdu la capacité de lutter contre les maladies canines courantes en raison de leur isolement en Antarctique.

2 Terrier blanc anglais

Dans les années 1860, un groupe d’éleveurs enthousiastes a surnommé le nom « English White Terrier » pour une nouvelle race de chien qu’ils espéraient populariser. L’English White Terrier est une version à oreille dressée des terriers blancs communs à cette époque. En fin de compte, l’objectif était de créer une nouvelle race de ring d’exposition, mais le plan ne s’est pas concrétisé.

Pendant environ trois décennies, l’English White Terrier a été élevé et vendu dans toute la Grande-Bretagne dans le but de les faire surpasser les autres terriers de l’époque. Ils étaient probablement issus d’un croisement entre un fox terrier et un lévrier blanc italien, et ils ont été reconnus pour la première fois en 1874.

L’English White Terrier était loin d’être un chien de travail, car il n’avait aucune caractéristique qui le rendait utile pour la chasse ou toute autre tâche commune aux races de chiens. Ils étaient entièrement destinés au spectacle, mais ils étaient vraiment des chiens de compagnie aimants qui nécessitent «une quantité considérable de câlins et de soins».

Après environ 30 ans, le Terrier blanc anglais avait disparu, mais sa généalogie perdure dans les races modernes. Il a été croisé avec le Old English Bulldog. Cet appariement a finalement conduit aux Bull et Boston Terriers.

1 Molosse


Le Molossus était une ancienne race de chien favorisée par la tribu grecque et le royaume des Molosses, d’où son nom. Ces chiens ont été élevés pour leur grande taille et leur férocité, ce qui en fait des chiens de travail idéaux dans le domaine de la chasse, du combat et de l’élevage.

Les molosses étaient des chiens exceptionnellement grands, et ils ont été écrits par certains des plus grands poètes et érudits de l’Antiquité, dont Aristote, Horace, Virgile et bien d’autres. L’origine précise de la race Molossus a été perdue dans l’histoire, bien qu’il y ait quelques histoires survivantes.

Certains disent qu’Alexandre le Grand a ramené les chiens d’Asie, tandis que d’autres pensent qu’ils ont été initialement élevés par les Romains, qui les ont utilisés comme chiens de garde pour l’armée romaine. Aucune de ces histoires n’a jamais été confirmée, mais elles témoignent de la crainte et de la majesté du Molosse.

Le Molosse s’est éteint, bien que l’on ne sache pas comment cela s’est produit. Le croisement peut les avoir fait disparaître, ce qui n’est pas une fin rare pour une race de chien. Le molosse est l’ancêtre de nombreuses races modernes, dont le bouledogue américain, le rottweiler, le dogue allemand, les chiens de type Mastiff et bien d’autres.

10 mensonges sur les chiens auxquels nous croyons tous

Source

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :